Indice entrepreneurial québécois 2015

Indice entrepreneurial québécois 2015

Entreprendre : partout pareil au Québec?

Présenté depuis 2009 par la Caisse de dépôt et placement du Québec, le rapport de l'Indice entrepreneurial québécois 2015 (IEQ 2015) est réalisé par la Fondation de l'entrepreneurship, en partenariat avec l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale – HEC Montréal.

Plusieurs villes et MRC du Québec prennent conscience de l’importance de l’entrepreneuriat. Cependant, les grands centres et régions vivent des dynamiques hétérogènes dont l’impact n’est pas négligeable sur le dynamisme entrepreneurial de la province… Comment jauger ce que sera notre futur entrepreneurial si ce n’est en analysant l’accompagnement aux entrepreneurs et la culture entrepreneuriale des régions? Avons-nous partout au Québec le même « terreau entrepreneurial »? L’Indice entrepreneurial québécois 2015 propose de faire la lumière sur la question!

Téléchargez sans frais le rapport détaillé >>

Lire le communiqué de presse >>

 

Survol 

Pour la première fois depuis sa création, l'IEQ 2015 jette un regard des plus englobants sur le Québec en sondant ces régions. La classification est élaborée en fonction du degré d’urbanité des zones géographiques où habitent les répondants et du dynamisme entrepreneurial de ces individus. Bien que chaque localité ait ses particularités, les données observées en fonction du degré d’urbanité présentent en effet des balises intéressantes et pourraient bien nous révéler quelques surprises…

Quelques faits saillants de l'IEQ 2015 : 

  • Dynamisme global | Effet croisé entre les métropoles et les milieux ruraux! Les métropoles québécoises, dynamiques en ce qui concerne les intentions (24,2 % vs 13,8 % pour les villages), voient graduellement leur effet « locomotive » perdre de la vitesse. Le taux de démarcheurs dans les métropoles (11,6 %) arrive presque à égalité avec celui des villages (11,1 %) et des petites villes (11,7 %). Le rapport de force s’inverse ensuite véritablement, affichant un taux de propriétaires de 7,5 % dans les métropoles alors qu’il se situe à 10,2 % dans les villages et à 11,6 % dans les petites villes.

Synthèse du dynamisme entrepreneurial par degré d'urbanité - (Québec) avril 2015

 

  • La reprise d’entreprise (relève/rachat) : choix privilégié d’entrée en affaires dans les milieux ruraux.
  • Au Québec, provenir d’une famille en affaires double les chances de vouloir devenir entrepreneur.
  • Une majorité de Québécois veulent entreprendre dans leur région de domicile.
  • Les Québécois sont davantage motivés pour se lancer en affaires par le désir d’accomplissement et par le besoin d’indépendance que par la nécessité de survivre ou de sortir de la précarité.
  • Légère hausse des taux d’intentions d’entreprendre et de démarches par rapport à 2014, principalement attribuable au dynamisme des jeunes de 18 à 34 ans.
  • Confirmation du potentiel important des immigrants dans la chaîne entrepreneuriale (un effet ressenti particulièrement dans les métropoles).


© Fondation de l'entrepreneurship, 2016    |    Conditions d'utilisation    |    Politique de confidentialité